ANTIMICROBIAL RESISTANCE

ANTIBIORÉSISTANCE

Infectious diseases are a major cause of global mortality, leading to more than 9 million deaths in 2015 (Source: WHO). These diseases are caused by pathogenic microorganisms, such as bacteria, fungi, virus and parasites.

In this context, the increase in antimicrobial resistance, making infections much harder to treat, represents a critical challenge for global health. This was highlighted by the recent ‘O’Neill report‘ which estimates that by 2050 drug-resistant infections could kill 10 million people annually and could cost a cumulative $100 trillion to the global economy.

The pathogens targeted by Nosopharm are the antimicrobial-resistant bacteria and fungi that are responsible for the most concerning hospital-acquired infections. Hospital-acquired infections affect more than 4 million patients each year in the EU and the US (Source: ECDC, CDC). They have harmful outcomes on the health of the patients, increase the length-of-stay in hospital and lead to significant costs for health systems. Resistance to the antibiotics worsens their consequences. In Europe, it is estimated that each year 25,000 patients die from a nosocomial infection with a drug-resistant bacteria. (Source: ECDC/EMA).

The current therapeutic arsenal, ageing and in need of renewal, no longer enables clinicians to cope with this situation. Novel antibiotics with the capacity to overcome microbial resistances are urgently awaited by clinicians and stakeholders in public health.

Les maladies infectieuses sont une cause majeure de mortalité au niveau mondial, entraînant plus de 9 millions de décès en 2015 (Source: OMS). Ces maladies sont dues à des microorganismes pathogènes, tels que des bactéries, des champignons, des virus et des parasites.

Dans ce contexte, l’augmentation de l’antibiorésistance, rendant les infections beaucoup plus difficiles à traiter, représente un défi majeur pour la santé mondiale. Le récent “Rapport O’Neill” estime qu’en 2050, les infections résistantes aux médicaments pourraient tuer 10 millions de personnes par an et coûter 100 milliards de dollars à l’économie mondiale.

Les agents pathogènes ciblés par Nosopharm sont les bactéries et les champignons résistant aux antimicrobiens qui sont responsables des infections les plus problématiques dans les hôpitaux. Les infections nosocomiales affectent plus de 4 millions de patients chaque année dans l’Union Européenne et aux États-Unis (Source: ECDC, CDC). Les maladies nosocomiales ont des conséquences dramatiques sur la santé des patients, augmentent la durée de leur séjour à l’hôpital et occasionnent des surcoûts significatifs pour les systèmes de santé. L’antibiorésistance aggrave les effets nocifs des maladies nosocomiales. En Europe, on estime que 25 000 patients meurent chaque année d’une infection nosocomiale due à une bactérie résistante aux médicaments (Source: ECDC / EMA).

L’arsenal thérapeutique actuel, vieillissant et avec peu de nouvelles molécules, ne permet plus aux cliniciens de faire face à cette situation. Les cliniciens et les acteurs de la santé publiques attendent avec impatience l’introduction en clinique de nouvelles classes d’antibiotiques capables de surmonter les résistances microbiennes.

Enterobacteriaceae

The main hospital pathogens of the Enterobacteriaceae family are the bacteria Escherichia coli and Klebsiella pneumoniae. These are detected in 20% of the hospital-acquired infections in the EU and the US (Sources: ECDC, CDC). The main antibiotic classes used to treat them are cephalosporins, aminoglycosides, fluoroquinolones and carbapenems. The multidrug resistance rates of these pathogens to these various classes have reached some particularly troubling thresholds. In the EU 19% of the K. pneumoniae strains present combined resistances to cephalosporins, aminoglycosides and fluoroquinolones. In Greece and Italy, 62% and 34% respectively, of the strains of this same pathogen are resistant to carbapenems, considered as a last-resort antibiotic class (Source: ECDC). Carbapenem-resistant Enterobacteriaceae were given a critical priority by the WHO for the R&D of new antibiotics.

Enterobacteriaceae

Les principaux pathogènes hospitaliers de la famille des Enterobacteriaceae sont les bactéries Escherichia coli et Klebsiella pneumoniae. Elles sont impliquées dans 20% des maladies nosocomiales dans l’Union Européenne et aux États-Unis (Sources: ECDC, CDC). Les principales classes d’antibiotiques utilisées pour les traiter sont les céphalosporines, les aminoglycosides, les fluoroquinolones et les carbapénèmes. Cependant, les taux de résistance de ces pathogènes à ces différentes classes de médicaments ont atteint des seuils particulièrement inquiétants. Dans l’Union Européenne, 19% des souches de K. pneumoniae présentent des résistances combinées aux céphalosporines, aux aminoglycosides et aux fluoroquinolones. En Grèce et en Italie respectivement, 62% et 34% des souches de ce même agent pathogène sont résistantes aux carbapénèmes, considérées comme un antibiotique de dernier recours (Source: ECDC). L’OMS a listé les Enterobactéries résistantes aux carbapénèmes comme prioritaires pour la recherche et le développement de nouveaux antibiotiques

Pseudomonas aeruginosa

The hospital pathogen Pseudomonas aeruginosa is involved in about 10% of the hospital-acquired infections in the EU and the US, with a strong incidence in pneumonia (Sources: ECDC, CDC). The main antibiotic classes used to treat it are piperacillin (alone or in combination with tazobactam), ceftazidime, aminoglycosides, fluoroquinolones and carbapenems. The multidrug resistance rates of this pathogen to these various classes have also reached some particularly troubling levels. In the EU, 13% of the P. aeruginosa strains present combined resistances to three classes at least. Carbapenem-resistant Pseudomonas aeruginosa was given a critical priority for the R&D of new antibiotics by the WHO.

Pseudomonas aeruginosa

Le pathogène hospitalier Pseudomonas aeruginosa est impliqué dans environ 10% des infections nosocomiales dans l’Union Européenne et aux États-Unis, avec une forte incidence dans les cas de pneumonies (Sources: ECDC, CDC). Les principales classes d’antibiotiques utilisées pour traiter cette bactérie sont la pipéracilline (seule ou en combinaison avec le tazobactame), la ceftazidime, les aminoglycosides, les fluoroquinolones et les carbapénèmes. Les taux de multi-résistance de ce pathogène à ces différentes classes de médicament ont atteint des niveaux particulièrement inquiétants. Dans l’Union Européenne, 13% des souches de P. aeruginosa présentent des résistances combinées à au moins trois classes d’antibiotiques. L’OMS a listé les Pseudomonas aeruginosa résistants aux carbapénèmes comme prioritaires pour la recherche et le développement de nouveaux antibiotiques.

Candida

The main fungal hospital pathogens are the Candida species which are detected in 6% of the hospital-acquired infections in the EU and the US (Sources: ECDC, CDC). Very few antifungal drug classes are available to treat these infections: the azoles, the echinocandins, the polyenes and flucytosine. This is of particular concern since some multidrug-resistant Candida species are rapidly emerging, such as Candida glabrata and Candida auris (Source: CDC)

Candida

Les principaux champignons pathogènes hospitaliers sont les espèces des Candida qui sont impliquées dans environ 6% des infections nosocomiales dans l’Union Européenne et aux États-Unis (Sources: ECDC, CDC). Il existe très peu de classes de médicaments antifongiques pour traiter ces infections : les azoles, les échinocandines, les polyènes et la flucytosine. Ceci est d’autant plus préoccupant que des espèces de Candida multirésistantes émergent rapidement comme Candida glabrata et Candida auris (Source: CDC)

Contact UsContactez nous
Close

Phone
+33 (0) 411 716 185

Nosopharm Headquarters
Danica B
21 avenue Georges Pompidou
69486 Lyon cedex 03
France


Nosopharm Labs

Espace Innovation 2
110 allée Charles Babbage
Parc Scientifique G. Besse
30000 Nîmes
France

Tél
+33 (0) 411 716 185

Siège social
Danica B
21 avenue Georges Pompidou
69486 Lyon cedex 03
France

Nosopharm Labs

Espace Innovation 2
110 allée Charles Babbage
Parc Scientifique G. Besse
30000 Nîmes
France